Rechercher dans ce blog

Envie de suivre notre actualité?

N'hésitez pas à suivre notre actualité via facebook en cliquant sur ce lien.

mercredi 28 novembre 2012

Les ports francs.

A paraître dans le magazine ARTENEWS (décembre 2012):

Le port franc : une arme pour le collectionneur averti.

vendredi 23 novembre 2012

Une rénovation longue et coûteuse.


Nous avions déjà abordé la détérioration de l’œuvre de Rothko sur ce blog.

Selon les études actuellement menées, la rénovation du tableau prendra plus de temps que prévu. Ceci découle d’une part du feutre utilisé par l’auteur du tag (particulièrement résistant) mais également en raison des techniques utilisées par l’artiste qui n’hésitait pas à mélanger ses pigments avec des produits aussi divers que de la colle ou de l’œuf.

La rénovation va impliquer l’étude de ces techniques picturales avant même d’entamer le travail de fond…

mardi 20 novembre 2012

TVA et honoraires d’avocat.


La question était posée depuis plusieurs mois.

La réponse vient de tomber.

Les honoraires d’avocat ne seront pas soumis à la TVA.

C’est une bonne nouvelle pour les personnes usant des nombreux services d’un avocat puisque les états de frais et honoraires ne seront pas majorés de 21%...

lundi 5 novembre 2012

Le rôle des héritiers de l’artiste lors de l’authentification d’une œuvre d’art.


Les droits d’auteurs se divisent en deux catégories : les droits moraux et les droits patrimoniaux.

En résumé, les droits moraux portent sur la protection intellectuelle liée à l'intégrité du créateur de l’œuvre alors que les droits patrimoniaux portent, par définition, sur les droits d’exploitation de la création. Les droits moraux sont en principe incessibles au contraire de la seconde catégorie.

Les droits moraux sont de 3 sortes :

- Le droit de divulgation,
- Le droit à l’intégrité de l’œuvre,
- Et le droit à la paternité de l’œuvre.

Ce dernier droit permet à l’auteur de revendiquer la paternité d’une œuvre ou, au contraire, de dénier cette paternité en restant anonyme.

A la mort de l’auteur, l’ensemble des droits sont transmis aux héritiers. Les conséquences de ce transfert ne sont pas négligeables puisque les héritiers pourront les exercer, les préserver, comme l’auteur lui-même l’aurait fait.

Dans la pratique, le droit à la paternité exercé par les héritiers peut avoir des conséquences importantes sur le marché de l’art secondaire, et particulièrement sur la valeur d'une oeuvre revendue... Si l’hériter déclare qu’une œuvre précise est un faux, la valeur attachée au tableau va, par définition, diminuer. Et pour cause, qui prendrait le risque d’acheter une œuvre dont les héritiers - détenteurs du droit à la paternité - ne reconnaissent pas l’authenticité ? Un cas d’école a été invoqué par le Journal des Arts (n°377, p.5) où la petite fille d’un artiste a dénoncé l’exposition publique d’une œuvre attribuée à son grand-père qu’elle estimait être un faux.

Si dans la plupart des cas, l’accrochage d’une œuvre à une exposition publique la valorisera et en augmentera sa valeur, force est de constater que, dans ce cas précis, ce ne sera pas le cas…